Réponses à vos questions

Nous savons que vous avez de nombreuses questions sur l’économie du streaming et nous voulons y répondre. Nous avons ajouté les questions que les artistes nous posent le plus souvent et nous continuerons de compléter cette liste au fur et à mesure.

Pourquoi Spotify a-t-il créé Loud & Clear ? En quoi ce site aide-t-il les artistes ?

Depuis plus de 10 ans, les revenus perçus par les artistes grâce au streaming suscitent questions et préoccupations. Depuis son lancement en 2021, ce site a pour objectif de constituer une base nécessaire à la discussion sur ces sujets. En partageant plus d’informations, nous espérons répondre à ces questions et fournir des ressources utiles sur l’industrie actuelle du streaming. Nous sommes le seul service de streaming à mettre à disposition ce niveau de données sur les royalties, et nous espérons que d’autres acteurs prendront également part à cette discussion.

Quelles sont les nouveautés du site Loud & Clear cette année ?

Le 8 mars 2023, nous avons mis à jour ce site avec de nouvelles informations :

  • Nous avons ajouté des données sur les royalties de 2022 sur l’ensemble du site ;
  • Nous avons publié 10 points clés à retenir en haut du site pour résumer toutes les données ;
  • Nous avons enrichi la section Production de revenus au fil des années, en ajoutant le nombre d’artistes dépassant les 10 millions de dollars de revenus générés ; et
  • Nous avons ajouté une nouvelle vidéo « How the Money Flows », axée sur les royalties de diffusion dans l’industrie, ainsi qu’une nouvelle vidéo « How They Made It » qui met en lumière l’histoire de plusieurs artistes.

L’industrie musicale n’était-elle pas en meilleure posture avant l’arrivée du streaming ?

Spotify joue un rôle important dans l’industrie musicale actuelle, c’est une sorte de radio mais aussi de disquaire numérique qui engendre plus d’opportunités de revenus pour les artistes. 

Avec la radio, les artistes peuvent toucher beaucoup d’auditeurs et d’auditrices. Cependant, le nombre de titres joués par les radios est limité, puisque celles-ci ne passent généralement que les 40 titres les plus populaires du moment. Il est donc plus difficile pour les artistes d’y accéder. De plus, dans certains marchés, les artistes ne reçoivent pas toujours une rémunération lorsque leur musique est diffusée sur les ondes. 

Les prix élevés des CD et des vinyles profitent grandement aux artistes. Mais les revenus des ventes physiques et numériques ne représentent pas toute la communauté de fans d’un ou une artiste. Seul le public de fans prêt à dépenser de l’argent pour télécharger des titres ou acheter un album complet est pris en compte dans ces chiffres.

Spotify relève ces défis grâce au streaming. Le streaming permet au public d’écouter les artistes qu’il préfère en boucle. De plus, les auditeurs et auditrices qui écoutent de la musique seulement de temps en temps peuvent découvrir de nouveaux titres ou redécouvrir d’anciens favoris. Les revenus sont générés par deux types d’écoutes, à savoir les personnes abonnées à Spotify Premium et les annonceurs qui financent le service gratuit de Spotify. (Nous comptons plus de 200 millions d’abonnés et abonnées, et 60 % des personnes qui s’abonnent commencent par utiliser le service gratuit, puis souscrivent un abonnement ensuite.)

Sur la base de notre analyse des données de la RIAA, à l’ère du CD, l’industrie musicale favorisait deux fois plus les superstars qu’aujourd’hui : aux États-Unis, 25 % des ventes de musique étaient générées par des artistes du top 50. En 2022, seuls 12 % des écoutes sur Spotify dans le pays étaient attribués à ces mêmes artistes, ce qui signifie que les opportunités de revenus vont aujourd’hui bien au-delà des artistes les plus populaires.

Au lancement de Spotify en 2008, l’industrie mondiale de la musique enregistrée avait été ravagée par le piratage, les revenus avaient drastiquement chuté de 24 milliards de dollars en 1999 à 14 milliards de dollars en 2014, année où le marché combiné des ventes physiques et numériques avait atteint son point le plus bas. 

Depuis lors, le streaming a redonné vie à l’industrie musicale. Le montant total reversé aux ayants droit musicaux avoisine aujourd’hui les 40 milliards de dollars. 

Si l’on considère l’évolution de l’ensemble des revenus versés aux ayants droit et le nombre croissant d’artistes qui réussissent grâce au streaming, nous pensons que l’avenir est prometteur pour les artistes. Le rapport 2023 de l’IFPI a montré que les revenus totaux de l’industrie de la musique enregistrée en 2022 ont officiellement dépassé le pic de 1999, atteignant 26,2 milliards de dollars.

Le streaming n’aide-t-il que les plus grandes stars de la musique ?

Non. Le streaming a fondamentalement changé l’écosystème musical, en abaissant les barrières à l’entrée et en démocratisant l’accès à la musique pour le public du monde entier. Les artistes n’ont plus besoin de gros budgets pour créer leur musique, la distribuer et la faire entendre dans le monde entier. 

En 2022, plus de 275 000 profils d’artistes ont été ajoutés aux playlists Spotify au moins une fois, une grande majorité d’entre eux ayant été découverts via l’outil de pitch de playlists Spotify for Artists, qui est accessible gratuitement pour l’ensemble des artistes. 

L’industrie musicale actuelle permet à plus d’artistes de toucher un plus grand nombre de personnes. À l’âge d’or du CD, 25 % des ventes de musique aux États-Unis étaient générées par des artistes du Top 50. En 2022, seuls 12 % des écoutes sur Spotify aux États-Unis étaient attribués aux artistes du Top 50, ce qui signifie que les opportunités de revenus vont aujourd’hui bien au-delà des artistes les plus populaires. Qui plus est, en 2022, un quart des artistes ayant généré plus de 10 000 dollars de revenus distribuaient leur musique de manière autonome, et 35 % résidaient dans des pays en dehors des 10 plus gros marchés de l’industrie musicale.

Il existe des millions de profils d’artistes sur Spotify, mais seule une petite partie d’entre eux génèrent de l’argent. Le pourcentage d’artistes gagnant de l’argent sur Spotify ne devrait-il pas être plus élevé ? Nous comptons tout de même 9 millions d’artistes.

Nous avons pour mission d’offrir aux artistes qui font de la musique leur profession la possibilité de vivre de leur travail. Il n’y a pas deux artistes identiques, et la réussite n’est pas la même à tous les niveaux.

Il est vrai que 9 millions de personnes ont déjà mis leur musique sur Spotify. Cependant, à l’instar d’une personne qui importe une vidéo ou deux sur YouTube sans avoir forcément vocation à en faire sa profession, une personne qui sort quelques titres sur Spotify ne cherche pas forcément à faire carrière dans la musique. Par exemple, parmi les 9 millions de personnes qui ont distribué des titres sur Spotify, 5,6 millions ont sorti moins de 10 titres en tout. Beaucoup de ces artistes en sont probablement au tout début de leur carrière, ou considèrent la musique simplement comme un loisir.

Nous estimons que près de 200 000 enregistrements dans le monde sont effectués par des artistes qui ont fait (ou souhaitent faire) de la musique leur profession. Cela se vérifie dans les données de Spotify : 213 000 artistes ont sorti au moins 10 titres (et peuvent donc gagner de l’argent grâce à leur travail) et comptent au moins 10 000 auditeurs ou auditrices mensuels en moyenne (c’est-à-dire qu’ils ou elles ont pu commencer à attirer un public). Nous le voyons aussi à travers nos intégrations avec Songkick, Ticketmaster et des dizaines d’autres services de billetterie partenaires pour des événéments physiques et virtuels : en 2022, 189 000 artistes ont organisé au moins un concert ou un événement (physique ou virtuel), démontrant ainsi une activité commerciale en dehors du streaming.


Ces données laissent à penser que cela concerne entre 189 000 et 213 000 artistes, mais pour intégrer une marge d’erreur à notre méthodologie, nous considérons le chiffre de 200 000 comme une estimation raisonnable. Bien sûr, nous reconnaissons qu’il est difficile d’évaluer l’intention professionnelle des artistes à partir de ces seules données.

Sur la base de cette estimation, on peut calculer que plus d’un quart (29 %) des artistes professionnels ou artistes professionnelles en devenir ont généré 10 000 dollars en 2022 rien que sur Spotify (et probablement plus de 40 000 dollars grâce à toutes les sources de revenus de la musique enregistrée).

J’ai entendu dire que Spotify ne payait que quelques centimes par écoute. Est-ce vrai ?

À l’ère du streaming, les fans ne paient pas par titre. C’est pourquoi nous ne pensons pas qu’un « tarif par écoute » soit un chiffre pertinent à analyser. À l’instar de tous les autres services de streaming majeurs, Spotify verse des royalties sur la base du nombre d’écoutes d’un ou une artiste par rapport à toutes les écoutes sur la plateforme. On parle de « part d’écoutes ».  

Spotify s’efforce de maximiser le montant total des paiements que nous sommes en mesure de verser aux ayants droit (les personnes qui rémunèrent les artistes et les auteurs-compositeurs ou autrices-compositrices), et les données de ce site reflètent cela. En 2021, Spotify a versé plus d’argent que n’importe quel autre service, établissant ainsi le montant annuel le plus élevé de l’histoire versé à l’industrie musicale par une plateforme de streaming.

Nos motivations concordent avec celles des artistes : plus nous générons de revenus, plus nous leur reversons d’argent. Tout comme les autres services de streaming, nous reversons presque 70 % de chaque dollar généré par la musique aux ayants droit qui représentent les artistes et les auteurs-compositeurs ou autrices-compositrices.

Néanmoins, nous comprenons que les artistes puissent trouver utile de calculer un tarif effectif « par écoute » en divisant le fonds de royalties total sur Spotify par le nombre total d’écoutes sur la plateforme. Nous y reviendrons dans la question « Pourquoi le « tarif par écoute » semble-t-il plus bas pour Spotify que pour d’autres services de streaming ? » sur cette page.

Notre modèle suscite davantage d’engagement de la part des fans et génère des revenus dans de nouveaux pays. Cela signifie que le montant total des sommes versées par Spotify aux ayants droit est plus important. C’est pourquoi nous payons plus que tout autre service. Nous faisons certains choix qui diminuent le « tarif par écoute », mais nous pensons que nous maximisons le revenu global, en générant le plus d’argent possible pour les ayants droit et les artistes et auteurs-compositeurs ou autrices-compositrices qu’ils représentent.

Si un artiste compte des millions d’écoutes, pourquoi ne gagne-t-il pas davantage ?

Spotify existe depuis plus de quinze ans. Nous comptons désormais plus de 500 millions de membres qui écoutent chaque mois plus de titres que jamais. Cela signifie donc que l’activité sur la plateforme augmente de façon exponentielle. 

Et les services de streaming paient en fonction des parts d’écoutes, et non d’un tarif par écoute.

Spotify paie les ayants droit chaque mois, mais sur notre appli, vous pouvez voir le nombre d’écoutes depuis la sortie d’un titre et non le nombre d’écoutes de ce titre pour l’année ou le mois en cours. Par conséquent, ces chiffres ne correspondent pas à la rémunération mensuelle qu’un ou une artiste perçoit de ses ayants droit. 

En raison du développement du streaming et de l’engagement accru par utilisateur ou utilisatrice, un million d’écoutes n’a plus le même impact qu’il y a quelques années. De nombreux titres atteignent le million d’écoutes, et plus souvent qu’on ne le pense. En effet, 913 000 titres ont à présent dépassé le million d’écoutes, et 281 000 titres ont été écoutés un million de fois rien qu’en 2022. Plus de 350 titres ont même atteint le milliard d’écoutes fin 2022. Pour mieux comprendre l’écosystème Spotify, vous pouvez utiliser l’outil interactif disponible sur ce site, qui présente les données de décembre 2022.

Comment évolue au fil des ans le nombre de personnes qui distribuent elles-mêmes leur musique et ont généré plus de 10 000 dollars grâce à Spotify ?

Les métadonnées dont dispose Spotify et qui sont utilisées pour calculer ce chiffre spécifique sont différentes entre 2021 et 2022, de sorte que la comparaison n’est pas pertinente. Cela est dû au fait que Spotify ne reçoit pas toujours les métadonnées complètes des titulaires de licence pour savoir si les artistes passent par un distributeur. Nous n’avons donc inclus que les artistes pour lesquels nous recevons activement cette information. Et lorsqu’un distributeur d’artistes est racheté ou modifie son fonctionnement, Spotify peut perdre l’accès au nombre d’artistes qui distribuent leur musique par son intermédiaire. 

Sur la base des distributeurs d’artistes actuels dont Spotify reçoit des métadonnées complètes, le nombre de personnes qui distribuent elles-mêmes leur musique et qui ont généré plus de 10 000 dollars grâce à Spotify a augmenté entre 2021 et 2022. En 2022, plus de 14 700 artistes ont généré plus de 10 000 dollars sur Spotify, soit une augmentation de 200 % par rapport à 2017.

Pourquoi le « tarif par écoute » semble-t-il plus bas pour Spotify que pour d’autres services de streaming ?

À l’ère du streaming, les fans ne paient pas par titre. C’est pourquoi nous ne pensons pas qu’un « tarif par écoute » soit un chiffre pertinent à analyser. Néanmoins, nous comprenons que les artistes trouvent utile de calculer un tarif effectif « par écoute » ou, en d’autres termes, un ratio revenus/écoutes en divisant la somme du fonds de royalties de Spotify (le numérateur) par le nombre total d’écoutes sur Spotify (le dénominateur). Ces deux chiffres augmentent à un rythme effréné chaque année.

De nombreux facteurs contribuent à ce ratio qui paraît peu élevé, et nous comprenons que cela puisse sembler problématique. Nous ne pensons pas que ce soit le cas, nous avons la conviction que notre modèle maximise les revenus pour toutes les parties prenantes.

Nous prenons trois décisions commerciales clés pour maximiser les revenus pour les ayants droit. Même si elles diminuent le tarif effectif par écoute sur Spotify, nous pensons que les artistes ont plus à cœur d’obtenir un paiement plus important qu’un tarif par écoute plus élevé.

Un nombre élevé d’écoutes par auditeur ou auditrice : tout d’abord, le membre Spotify moyen écoute plus de musique par mois que sur les autres services. Cela signifie que les personnes sont toujours plus nombreuses à découvrir des artistes, que les opportunités de renforcer l’engagement des auditeurs et auditrices se multiplient, tout comme les chances de les convertir en fans qui achètent des billets et des produits dérivés. Cet engagement, ainsi que les millions de nouveaux membres Spotify qui s’inscrivent chaque mois, a un impact sur le dénominateur du ratio revenus/écoutes. 

Un public plus international : deuxièmement, Spotify est plus populaire dans les pays où les prix sont plus bas. Notre ratio revenus/écoutes semble donc plus faible par rapport à celui des services qui ne se soucient pas de ces marchés. Nous proposons au public un tarif abordable afin de générer des revenus sur des marchés qui n’en auraient pas forcément généré autrement. La présence accrue de Spotify sur ces territoires augmente le revenu total du secteur et des artistes, et ainsi le montant total à reverser aux ayants droit. Cela a un impact sur le numérateur du ratio

Service financé par la publicité : troisièmement, contrairement à la plupart de nos concurrents, Spotify propose à la fois un service Premium par abonnement et un service gratuit financé par la publicité. Par conséquent, le ratio revenus/écoutes de Spotify n’est pas directement comparable à celui de ses concurrents qui ne proposent que des abonnements. Bien que le service financé par la publicité ne génère pas autant de revenus par membre que le service Premium, nous avons mené des tests approfondis qui montrent systématiquement que, lorsque nous supprimons le service gratuit, le public se tourne vers des alternatives qui ne génèrent pas de revenus, ce qui signifie que l’industrie musicale dans son ensemble perd de l’argent. Le rapport 2023 de l’IFPI a montré que dans toute l’industrie, les revenus liés au streaming financé par la publicité ont augmenté de 14 % (pour passer à 4,9 milliards de dollars) en 2022 et dépassent désormais les revenus liés aux ventes physiques. Cela a également un impact sur le numérateur du ratio. Un service financé par la publicité est également l’un de nos mécanismes les plus utiles pour inciter le public à payer pour de la musique : environ 60 % des membres Premium étaient auparavant des membres du service gratuit. Là encore, cela signifie que nous maximisons les revenus pour toutes les parties prenantes. 

Comment les artistes et les auteurs-compositeurs sont-ils rémunérés ?

Spotify ne rémunère pas directement les artistes et les auteurs-compositeurs et autrices-compositrices. 

Spotify a deux principales sources de revenus : les abonnements à Spotify Premium et les annonceurs qui diffusent leurs publicités sur la version gratuite de Spotify. Nous reversons environ 70 % de ces revenus aux ayants droit musicaux (que nous appelons « fonds de royalties »).

Spotify reverse ce fonds en fonction de la part d’écoutes de chaque artiste sur Spotify. Ces revenus ne sont pas répartis sur la base d’un tarif fixe par écoute, car les membres Premium ne paient pas pour chaque écoute, ils ou elles paient un abonnement pour accéder à Spotify. 

Si vous souhaitez en savoir plus, nous vous recommandons de visionner notre vidéo intitulée « How the Money Flows ».

Pourquoi Spotify n’augmente-t-il pas simplement les tarifs pour les auditeurs ?

Spotify a réussi à convaincre ses utilisateurs de payer un abonnement pour écouter de la musique, les détournant ainsi du piratage. Pour beaucoup d’entre eux, le prix d’un abonnement est non négligeable. Augmenter ce prix est délicat, car nous voulons éviter que les fans de musique se tournent à nouveau vers le piratage ou d’autres solutions non monétisées. Aujourd’hui et plus que jamais, des milions de personnes dépensent de l’argent pour de la musique. Un adulte dépense d’ailleurs en moyenne près de deux fois plus d’argent pour la musique qu’en 1999, au plus fort de l’ère du CD. 

Cela étant dit, nous évaluons en permanence le prix de nos abonnements sur chacun de nos marchés, nous avons l’avons même augmenté dans certains d’entre eux. Spotify et les ayants droit ont le même but : générer le plus de revenus possible pour les artistes grâce aux utilisateurs et aux annonceurs.

Nous avons déjà procédé à des augmentations tarifaires sur différents marchés dans le monde, et nous continuerons à le faire lorsque cela s’avérera utile, en analysant plusieurs facteurs locaux et régionaux.

Les chiffres que vous présentez concernant les revenus des artistes devraient-ils être beaucoup plus élevés ?

Notre objectif est d’augmenter le montant versé par Spotify aux ayants droit, aux artistes et aux auteurs-compositeurs et autrices-compositrices. C’est pourquoi les données de ce site se concentrent sur une seule source de revenus : les royalties de Spotify. Nous nous attendons à ce que les taux de croissance indiqués sur ce site continuent dans cette direction. Ainsi, le nombre d’artistes générant plus de 100 000 dollars par an a augmenté de 135 % entre 2017 et 2022. Le nombre d’artistes dépassant chaque seuil de revenus sur Spotify (10 000, 100 000, 1 million de dollars) a également doublé au cours des cinq dernières années. 

Spotify n’est qu’un service de streaming musical parmi d’autres. Il représente environ 20 % des revenus liés à la musique enregistrée dans le monde entier. Cela signifie qu’il faut au moins quadrupler les revenus provenant de Spotify indiqués sur Loud & Clear afin d’estimer les revenus que chaque artiste est susceptible de générer pour toutes les sources de revenus liés à la musique enregistrée.

Les chiffres figurant sur ce site ne prennent pas en compte les revenus générés par les tournées, les produits dérivés ou d’autres sources. Mais Spotify peut aider à les faire croître : les communautés de fans Spotify peuvent être mobilisées par les artistes et leurs équipes afin d’engendrer d’autres types de revenus.

Vous avez indiqué que les royalties d’un artiste sur Spotify doivent être multipliées par 4 pour estimer les revenus totaux de sa musique. Est-ce bien vrai ?

La plupart des données sur Loud & Clear se concentrent uniquement sur les revenus générés par les artistes sur Spotify. Pour estimer les sommes qu’un ou une artiste a pu générer grâce à toutes les sources de revenus, trois méthodes s’offrent à vous :

Streaming (x3) : Spotify représente environ un tiers des revenus générés par l’ensemble des plateformes de streaming. Cela peut varier d’un.e artiste à l’autre, en fonction du genre musical, de la fanbase ou des stratégies de marketing. Cependant, vous pouvez en moyenne tripler les royalties provenant de Spotify pour estimer les revenus qu’un.e artiste a pu générer sur tous les services de streaming. Ainsi, si un.e artiste cumule 100 000 dollars de revenus sur Spotify, on peut raisonnablement estimer que la totalité de ses revenus issus du streaming s’élève à 300 000 euros.

Revenus de la musique enregistrée (x4) : selon les données de l’IFPI, Spotify représente plus de 20 % des revenus mondiaux de la musique enregistrée. Ces derniers englobent tous les revenus générés par la musique enregistrée, soit le streaming, les ventes physiques (CD, vinyles), les droits de synchronisation, les droits voisins et les téléchargements numériques. Rappelons que la part des revenus générés par Spotify peut varier selon les artistes. Cependant, vous pouvez en moyenne quadrupler les royalties provenant de Spotify pour estimer les sommes qu’un ou une artiste a pu générer pour l’ensemble de sa musique enregistrée. Ainsi, 100 000 dollars sur Spotify peuvent correspondre à 400 000 dollars de revenus cumulés sur la musique enregistrée.

Revenus totaux : les chiffres partagés sur ce site ne tiennent pas compte des sources de revenus hors musique enregistrée, comme les concerts, le merchandising, le sponsoring, et plus encore. Ces sources viennent s’ajouter aux revenus de la musique enregistrée et peuvent varier.

Comment la volatilité mondiale des devises a-t-elle influé sur les données sur les royalties en 2022 ?

2022 a été une année historiquement volatile et imprévisible en termes de taux de change. Le dollar américain (USD) s’est renforcé par rapport à presque toutes les autres grandes devises et affichait un niveau jamais vu depuis des décennies, avec une appréciation de plus de 12 % (sur la base de l’indice global nominal du dollar).

La communauté d’artistes de Spotify est mondiale, générant des royalties dans des dizaines de devises. 72 % des abonnés et abonnées Spotify qui résident en dehors des États-Unis et du Canada, et 35 % des artistes ayant généré au moins 10 000 dollars en 2022 sur Spotify sont originaires de pays en dehors des dix principaux marchés de la musique. 

Par souci de cohérence, nous continuons à présenter toutes nos données sur les royalties sur ce site en dollars américains (tous les revenus en devise locale sont convertis en dollars américains). Par conséquent, le taux de croissance de 2021 à 2022 pour certains seuils de revenus peut sembler inférieur à celui des années précédentes, en raison de changements majeurs dans la conversion des devises, et non de changements dans la croissance de l’activité. (La base d’abonnés et abonnées Premium de Spotify a augmenté de 14 % d’une année sur l’autre pour atteindre 205 millions, et le total mensuel des membres actifs a augmenté de 20 % d’une année sur l’autre pour atteindre 489 millions.)

À titre d’exemple de l’impact de la volatilité des devises sur les rapports :

  • Le nombre d’artistes ayant généré 1 million de dollars (USD) est passé de 1 040 en 2021 à 1 060 en 2022, soit une hausse de 2 %. 
  • Le nombre d’artistes ayant généré 1 million d’euros (Euro) est passé de 880 en 2021 à 1 000 en 2022, soit une hausse de 13 %.

Comment Spotify va-t-il accomplir sa mission ?

Tout d’abord, le streaming constitue déjà la principale source de revenus de l’industrie de la musique enregistrée. Nous voulons continuer à le développer en améliorant notre service, en nous lançant dans de nouveaux marchés et, in fine, en attirant davantage d’auditeurs et auditrices et d’annonceurs. En 2022, les revenus de la musique enregistrée attribués au streaming (tous services confondus) étaient, à eux seuls, supérieurs aux revenus de tous les modes d’exploitation de la musique enregistrée entre 2007 et 2017. Nos motivations sont les mêmes : nous gagnons de l’argent quand l’industrie musicale en gagne. Et nos revenus ont augmenté rapidement : en 2022, Spotify représentait plus de 20 % de tous les revenus de la musique enregistrée, contre moins de 15 % en 2017. 

Ensuite, une part importante des revenus de Spotify est réinvestie pour créer des outils, des ressources et des opportunités pour les artistes, les auteurs-compositeurs et autrices-compositrices, et l’ensemble de l’industrie musicale (y compris nos investissements dans la personnalisation, la création de playlists et l’assistance éditoriale et marketing, à la fois sur Spotify et en dehors). Notre objectif ? Aider l’industrie à tirer pleinement parti de Spotify, à favoriser la découverte et à attirer des fans, afin de gagner plus sur Spotify et en dehors (par le biais des produits dérivés, des droits de synchronisation, de la billetterie, et bien plus encore).

Comment les parts d’écoutes sont-elles calculées ?

Tous les mois, dans chaque pays où nous exerçons nos activités, nous calculons les parts d’écoutes en additionnant le nombre de fois où la musique appartenant à un ayant droit donné a été écoutée et en le divisant par le nombre total d’écoutes sur ce marché.

Ainsi, si une écoute sur 1 000 sur Spotify est rattachée à un artiste au Mexique, il recevra un dollar tous les 1 000 dollars versés à l’ayant droit ou au distributeur qui sera prélevé du fonds de royalties dédié au Mexique. Le fonds de royalties total pour chaque pays dépend des revenus générés par les abonnements et la publicité sur ce marché.

Le modèle centré sur l’utilisateur serait-il plus équitable ?

Les études réalisées à ce jour montrent que l’adoption d’un système de paiement user-centric ne profiterait pas autant aux artistes que ce que l’on pouvait espérer. Une étude du Centre national de la musique (CNM) a révélé que le changement ferait gagner « tout au plus quelques euros par an en moyenne » aux artistes classés au-delà du top 10 000. Vous pouvez consulter cette étude ici et son résumé ici

Nous sommes prêts à opter pour un modèle user-centric si les artistes, les auteurs-compositeurs et les ayants droit le souhaitent. Toutefois, Spotify ne peut pas prendre cette décision unilatéralement : la mise en œuvre de ce changement nécessite un plus large consensus au sein de l’industrie.

J’ai lu que des artistes et des auteurs-compositeurs vendent leurs catalogues à des sociétés d’investissement. Pourquoi ?

Les catalogues musicaux sont plus précieux que jamais. Grâce au streaming, un titre peut désormais générer des revenus longtemps après sa sortie. Ainsi, un ou une artiste, ou un auteur-compositeur ou une autrice-compositrice, qui n’a pas sorti de nouveautés durant 10 ou 20 ans, mais conserve une communauté de fans importante, peut toujours générer des revenus confortables année après année. Par exemple, sur ce site, nous mettons en avant les artistes « Héritage », que nous définissons comme comptant en moyenne plus de 500 000 auditeurs et auditrices mensuels et 80 % d’écoutes pour des titres datant de plus de 5 ans. Cette catégorie regroupant 3 400 artistes a généré en moyenne 433 000 dollars rien qu’en 2022 (et probablement plus d’un million de dollars pour tous les services de streaming). 

La valeur croissante des catalogues d’artistes et d’auteurs-compositeurs et autrices-compositrices constitue un autre signal positif important pour la valeur future de la musique.

Comment Spotify mesure-t-il les paiements sur ce site ? Pourquoi le calcul ne se concentre-t-il pas sur ce que les artistes gagnent réellement ?

Nous aimerions pouvoir divulguer les sommes gagnées par les artistes grâce aux écoutes sur Spotify, mais nous n’avons pas connaissance des accords conclus entre les artistes, les auteurs-compositeurs et autrices-compositrices et les ayants droit. Nous pouvons seulement partager les données dont nous disposons, à savoir le montant versé par Spotify aux ayants droit. 

Les données de ce site concernent donc principalement les revenus de recording et de publishing que Spotify verse aux ayants droit. Nous nous intéressons à l’ensemble des artistes sur Spotify et indiquons le montant versé chaque année à leurs ayants droit pour l’ensemble de leur catalogue.

Spotify ne rémunère pas directement les artistes : nous payons les ayants droit choisis par l’artiste, qui sont le plus souvent une maison de disque, un label indépendant, un agrégateur, un distributeur ou autre. Pour en savoir plus, visionnez notre vidéo « How the Money Flows? » ici.

Quelle méthodologie avez-vous utilisée pour votre infographie sur les revenus des éditeurs, des auteurs-compositeurs et des sociétés de collecte et de répartition ?

L’économiste Will Page a utilisé les données publiques du « 2020 Global Music Report » de l’IFPI pour calculer les sommes versées aux auteurs-compositeurs, aux éditeurs et à leurs sociétés de collecte pour la musique enregistrée, à savoir l’achat de CD, les téléchargements, ainsi que les revenus publicitaires ou d’abonnement aux services de streamings. La méthodologie a tenu compte de différences régionales dans les licences, ainsi que des tendances liées à la négociation entre utilisateurs des droits et ayants droit.

Comment puis-je faire grandir mon public et connaître le succès sur Spotify ?

Nous voulons faire de Spotify la solution la plus efficace pour permettre aux artistes et à leurs équipes d’attirer des fans à chaque étape de leur carrière. C’est pourquoi nous créons de nouveaux outils pour les artistes qui utilisent Spotify for Artists chaque mois (un peu plus d’un million). Découvrez les fonctionnalités de Spotify for Artists ici. N’oubliez pas de consulter les rubriques Sélection de l’artiste, Canvas, Produits dérivés, Promo Card, Marquee, Discovery Mode, Outil de pitch pour les playlists, Songwriter pages, Made to Be Found, Noteable, In Focus, Fan Study et plus encore pour développer votre communauté de fans.

Si vous recherchez des conseils, nous avons rassemblé les bonnes pratiques pour la promotion et l’engagement et créé un guide pour vous préparer à la sortie d’un nouveau titre

Spotify dépense des millions dans les podcasts. Pourquoi cet argent ne va-t-il pas plutôt à l’industrie musicale ?

Nos investissements dans les podcasts originaux et exclusifs ont attiré des millions de nouvelles personnes sur Spotify, qui restent sur la plateforme pour écouter de la musique, augmentant ainsi les revenus des ayants droit musicaux. Tous les abonnements payés par les auditeurs et auditrices alimentent ce fonds de royalties, car les podcasteurs et podcasteuses obtiennent généralement une rémunération suite à la diffusion d’annonces dans leurs podcasts. 

De plus, la musique et le podcast sont des formats compatibles, qui coexistent depuis des années sur les radios (AM/FM). Nous expérimentons déjà de nouvelles façons d’associer des podcasts à de la musique générant des revenus aux ayants droit, ce qui permettrait aux auditeurs et auditrices de se plonger plus profondément dans la musique qu’ils ou elles découvrent dans des podcasts.

Combien d’argent Spotify garde-t-il ?

Spotify garde environ un tiers des revenus générés par les abonnements et la publicité. 

Rien de nouveau, puisque les plateformes et enseignes ont toujours retenu des frais de service. Historiquement, cette part était encore plus importante : à l’ère du CD, puisque ces frais variaient entre 35 et 40 % des revenus générés par les ventes de cassettes ou de CD.
Nous privilégions la croissance aux profits, c’est pourquoi nous réinvestissons notre part afin de créer des outils et des services destinés aux artistes, de garantir un produit de qualité pour les auditeurs et d’attirer un plus grand nombre d’utilisateurs afin d’augmenter les revenus. Citons notamment le cloud, les frais de carte de crédit, les mises à jour de produits et les nouvelles technologies, le développement de playlists, la recherche de nouvelles solutions pour permettre aux fans d’interagir avec votre musique, ou encore la création d’outils et de ressources pour vous guider tout au long du processus.

Comment puis-je contextualiser le nombre d’écoutes pour mon marché local ?

Par souci de simplicité, la section Les chiffres du streaming en contexte du site présente des chiffres globaux. Pour connaître la part des écoutes locales, vous pouvez consulter votre classement Spotify local. Vous constaterez que le nombre d’écoutes nécessaires pour intégrer un classement varie entre les différentes régions du monde. Par exemple, ce nombre peut varier fortement entre la Malaisie ou la Bulgarie et l’Australie ou le Mexique. Par ailleurs, Spotify for Artists permet aux artistes de consulter la répartition géographique de leur public (par ville et par pays) dans l’onglet Audience (« Public ») de leur tableau de bord.